« Si notre Evangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent; pour les incrédules dont le dieu de ce siècle a aveuglé l’intelligence, afin qu’ils ne vissent pas briller la splendeur de l’Evangile de la gloire de Christ, qui est l’image de Dieu. » 2 Corinthiens 4 : 3,4

 

Voici une citation du pasteur M. Toll lors de notre dernière conférence : « Le philosophe est un aveugle qui cherche, dans une pièce noire, un chat noir qui n’existe pas mais qu’il finit par trouver et prouve ensuite à ses semblables sa réalité ». Cette affirmation en scandalisera plus d’un, comme certaines affirmations radicales de notre Seigneur Jésus (Jn 6.61).

La Bible enseigne que le prince de ce monde (Satan) se déguise en ange de lumière (2 Co 11.14). Il est le maître de la contrefaçon et du mensonge (Jn 8.44). Il trompe et séduit l’humanité par son intelligence machiavélique. Il occupe l’homme à perdre son temps. Il le conduit à conjecturer pour essayer de donner sens à sa vie, tout en rejetant Dieu.

La tragédie est que chacun vit à la lumière de sa vérité (ce qui est un non sens). Les gens deviennent spirituellement aveugles quant à l’Evangile. Ils rejettent la gloire de Cette Bonne Nouvelle. Ils s’endurcissent toujours davantage en ne voulant, ni entendre, ni recevoir la Parole de Vérité. C’est ainsi que le Malin les éloigne du seul moyen d’être sauvé.

Pourquoi est-ce si difficile pour l’homme de croire en Christ, alors qu’il est prêt à adopter toutes sortes de philosophies insensées (pour certaines intellectuellement très articulées) ? Parce-que le péché en lui est une forme de rébellion qui l’encourage à rejeter la lumière (Jn 1.5,11). Son orgueil l’aveugle. Il préfère se complaire dans ses mensonges plutôt que d’affronter une Vérité qui lui déplaît. En d’autres mots, il préfère la philosophie humaine ou la sagesse terrestre (Jc 3.15), au lieu de s’exposer à la Lumière divine de la Bible.

Nous chrétiens, nous avons cru et reçu le message de l’Evangile. Christ, la Lumière du monde (Jn 8.12) est venu pour nous redonner la vue et la Vie. Il s’est abaissé jusqu’à nous. Sans faire de bruit, Il a porté en Son Corps nos ténèbres pour nous en affranchir. Aujourd’hui, par Lui, nous sommes devenus enfants de Dieu, rachetés, pardonnés, justifiés et glorifiés (Jn 1.12 ; Rm 8.30). Nous ne sommes plus des aveugles conduits par des aveugles (Mt 15.14). Nous ne nous laissons plus séduire par les philosophies de ce siècle (2 Tm 4.3). Nous nous gardons dans la Lumière de l’amour du Corps de Christ (Jude 21) et la Vérité de Sa Parole. Ainsi, nous recevons Sa Grâce et expérimentons une transformation dans notre conduite. Christ, l’espérance de la gloire brille, en nous par la puissance de l’Evangile par lequel nous avons choisi de vivre.    

                                                             

Jean Cartier